Le site interweb de Gilles CORRE alias E
R
R
O
C
Qui c'est ce... ERROC ?!?

 

Biographie
Entretien avec ERROC 1/3
Entretien avec ERROC 2/3
Entretien avec ERROC 3/3
Gilles CORRE dit ERROC

Né à Choisy-le-Roi en 1961, Gilles CORRE dit ERROC est un dessinateur et scénariste français de bandes dessinées.

Nourri dès son plus jeune âge par la bande dessinée (Astérix, Tintin, Lucky Luke) et s'inspirant du magazine Spirou, il crée son premier petit journal, Triffouilly, dès l'âge de dix ans. Après des études en sociologie et un premier emploi à l'ANPE, il fait ses débuts dans l'édition de bande dessinée en 1989, travaillant pour les éditions Vaillant et collaborant au magazine Pif Gadget. Il prendra bientôt le pseudonyme d'Erroc, anagramme de Corre. Depuis 1992, pour le compte du Journal de Mickey, il crée des jeux, scénarise et illustre des histoires mettant en scène des personnages de Mickey.

Parallèlement, il publie de nombreuses bandes dessinées : CRS = détresse (dessins d'Achdé, 1994-1999), les Aventures de Courtemanche (dessins de Marty, 1995), Raoul & Fernand (2001-2007), SOS shobiz (scénario avec Sulpice, dessins de Stédo, 2002), les Musicos (scénario avec Jenfèvre, dessins de Michel Janvier, 2004-2006). Caroline, le premier tome de sa série le Dessinateur (coscénarisé avec François Dimberton, dessins de Trolley, 2008), a été récompensé par le prix du meilleur album au festival de Creil. Depuis 2000, il connaît un beau succès avec les Profs, série dessinée par Pica, dans laquelle il portraiture avec humour les professeurs de lycée, et dont le premier volume Interro surprise a obtenu le Prix Jeunesse (9-12 ans) au festival d'Angoulême en 2001. Erroc a par ailleurs participé à l'édition anniversaire 2010 du Petit Larousse en illustrant des mots de la langue française.

Erroc vu par Pica

Erroc en dédicace

Erroc en dédicace

Erroc vu par B. Marty

Comment t'es venu cet intérêt pour la bande dessinée ?

 

Je me souviens très bien que mon premier album de BD était un Tintin : L'île Noire. Je ne savais pas lire, j'essayais de comprendre l'histoire juste en regardant les images.

J'ai tout de suite trouvé que cette façon de raconter des histoires était géniale.

 

Quelles ont été tes influences à tes débuts ?

 

Je lisais toutes les BD que je pouvais.J'aimais autant Spirou et Astérix que les BD Marvel comme Spiderman et les X-men.Mais quand je dessinais je faisais des gros nez.Je n'ai jamais été attiré par le dessin réaliste.

Ce que je préférais dans la BD c'était le mouvement et les expressions.Quand j'ai découvert Gotlib,j'avais trouvé mon héros.C'est vraiment lui qui m'a donné envie de faire ce métier.

 

Comment es-tu arrivé dans l'équipe de Pif Gadget ? En quoi consistait ton travail ?

 

En 1988,j'ai lu par hasard dans un journal que Pif Gadget organisait un concours de BD.J'ai fait une histoire idiote et j'ai eu la chance de gagner le premier prix (Le président du jury était Uderzo donc j'étais plutôt fier)

Tout de suite on m'a proposé d'aider Yannick sur les gags d'Hercule. Puis assez vite, j'ai fait des histoires tout seul, des illustrations.

 

 

Tu as ensuite rejoint l'équipe du Journal de Mickey... Où tu travaille toujours d'ailleurs !

 

Quand Pif s'est arrêté je suis allé chez Mickey,le concurrent direct.Là j'ai vraiment fait de tout: jeux, illustrations, scénarios.J'aimais beaucoup ça. Je n'avais aucune frustration de ne pas avoir d'albums.J'adore la presse,il faut avoir des idées et travailler vite.J'ai appris beaucoup de chose en travaillant pour ce journal.Actuellement je ne fais plus que "Magicland" avec Yannick dans Super Picsou Géant.

 

Tu t'es retrouvé a scénariser quelques albums de la série CRS=détresse créée par Achdé ! Comment t'es tu retrouvé dans ce projet ?

 

J'avais pris rendez-vous chez Dargaud pour proposer un projet (Madame Pipi) Ils ont failli le publier mais finalement ça ne s'est pas fait.Par contre, on m'a proposé de collaborer avec Achdé qui débutait et qui bouclait son premier album.Je l'ai aidé à le terminer et j'ai fais les scénarios des deux suivants.Mais je n'étais pas très à l'aise avec le sujet:l'éditeur voulait une série tout public alors que j'imaginais une série plus adulte.Achdé a donc continué tout seul,puis avec Cauvin.

 

Viennent ensuite les aventures de Courtemanche, les tribulations humoristiques tirées du célèbre humoriste canadien ?

 

Oui,à l'époque il était très célèbre en France.Au départ Dargaud lui avait proposé de scénariser des gags tirés de ses sketchs.Mais il n'avait pas le temps parce qu'il était en tournée.

  Je n'ai pas voulu reprendre ses sketchs,ça n'aurait rien donné en BD.J'ai fait des scénarios plutôt burlesques,dans "l'esprit" Courtemanche.Je lui soumettais et il me disait si c'était OK ou non pour lui.

  J'ai le souvenir d'un type adorable.Le dessinateur était Bruno Marty,qui est le caricaturiste des Guignols de Canal+

Extrait de la BD d'Erroc qui a remporté le premier prix d'un concours

Visuel de CRS=Détresse avec Achdé

Visuel de Magicland avec Yannick

Visuels de Raoul & Fernand -

Bamboo Ed.

A la fin des années 90, tu rencontre Pica avec qui tu donneras naissance à la très populaire série Les Profs.

 

Avec Pica,nous avons fait deux projets avant les Profs: Bienvenue à bord,une sorte de parodie de "La croisière s'amuse" et Albert Dico qui était une sorte d'aventurier en quête de définition pour les mots du dictionnaire. Les deux projets étaient un peu absurdes et décalés et personne n'en voulait. Ceci dit,ce fut la même chose avec les Profs. Heureusement qu'Olivier Sulpice,le boss de Bamboo a cru à cette série.

 

Sortiront également en albums, aux éditions Bamboo, Raoul et Fernand, deux personnages nés dans les marges du journal de Mickey.

 

Oui, j'avais envie de prendre le sujet le plus banal qui soit ( des chats et des chiens, il y en a un paquet dans la BD) et de voir ce que je pouvais en faire. Cette série était très différente des Profsᅠparce que je pouvais faire n'importe quoi, des  gags idiots ou absurdes, sans lien avec la réalité.

 

Pourquoi avoir arrêté la série ?

 

Parce qu'elle ne se vendait pas beaucoup, malheureusement. Le problème d'une série comme Raoul et Fernand, c'est qu'elle n'était pas ciblée. Pour adultes? Pour enfants?

C'est dommage, j'adore ces deux crétins.Il reste 3 albums et 3 cartoons, ce n'est déjà pas si mal.

Tu as ensuite participé, en tant que scénariste, sur des albums tels que SOS Shobiz ou encore les Musicos ?

 

SOS Shobiz est le premier album de mon ami Stédo : je pense que c'était une bonne idée,cette équipe de choc qui aide les stars dans la galère. Malheureusement, ça n'a pas marché et il n'y a eu qu'un seul tome.

    Pour les Musicos, la série existait déjà avant que j'arrive dessus. Michel Janvier racontait la vie d'un groupe de rock inspiré par ses propres enfants. Au départ la série s'appelait Rob Wed & co. Comme c'est un univers que je connais bien,j'ai beaucoup aimé faire des scénarios pour cette série. D'ailleurs depuis mon fils a lui aussi son groupe de rock.( Je précise qu'ils sont excellents!)

 

Avec un de tes plus anciens collaborateurs, Yannick, tu lance Plans de carrière chez Bamboo. Comment est né cette série ?

 

Yannick a deux filles et moi deux fils. A l'époque, ils étaient au collège et se posaient la question de savoir ce qu'ils feraient plus tard.Les ados sont souvent peu informés sur les métiers, ils connaissent juste les clichés qu'ils voient à la télé. On a trouvé marrant l'idée de mettre en scène quatre ados qui imaginaient leur futur boulot de façon délirante,que ce soit coiffeuse, architecte,moniteur de ski ou voyante.

 

A la surprise générale, tu as sorti, avec Dimberton et Trolley, la série Le dessinateur, dans un genre assez éloigné de celui que tu pratique habituellement. Un besoin de se renouveler ?

 

C'est plus un hasard qui m'a amené au "Dessinateur".François Dimberton avait déjà écrit des scénarios réalistes, contrairement à moi. Il avait un début d'histoire qu'il m'a raconté, je lui ai donné quelques idées et du coup,nous avons décidé d'écrire le scénario ensemble. Il n'y avait pas chez moi l'envie de me renouveler ou de me prouver quelque chose. Mais c'est vrai que l'écriture réaliste est différente de celle du gag. Et nous avons beaucoup rigolé en écrivant cette histoire si sinistre.

Il faut ajouter à ça les dessins superbes de Jean Trolley, ancien saxophoniste de jazz. J'aimerai bien refaire une histoire réaliste,il faut juste que je trouve le temps et l'idée.

Extrait " Le dessinateur " -

 Grand Angle

Plans de carrière avec Yannick -

Bamboo Ed.

Extrait Les Profs T15 avec Pica & Mauricet -

Bamboo Ed.

Également dans un genre surprenant, tu collabore avec Herval, sur le très beau livre " Drôles de pin-Up " ?

 

Oui, là l'idée était de rendre hommage aux dessinateurs de pin-up, mais avec un côté parodique,gaguesque. Chaque pin-up illustre un prénom,avec des caractéristiques complètement farfelues. Là encore malgré les superbes dessins d'Herval, l'album n'a pas marché. Je crois qu'il faisait peur aux libraires parce qu'il ne ressemblait à rien: ce n'est pas une BD, pas vraiment un livre d'illustrations…

 

En 2010, avec ton ami Rodrigue, tu t'approprie l'histoire d'amour de Roméo et Juliette, une série hilarante qui durera le temps de 2 albums.

 

Là encore j'aurais adoré continuer mais la série n'a pas décollée.( En fait, j'ai fait beaucoup d'albums qui n'ont pas marché) L'idée était de traiter cette histoire d'amour ultra célèbre comme un cartoon de Tex Avery.

Peut-être que ça n'a pas marché parce que l'amour c'est un sujet qui intéresse surtout les filles et qu'elles n'aiment pas qu'on rigole avec ça. Et puis les deux héros n'étaient pas super glamour,il faut avouer.

 

Rodrigue qui travaille déjà sur la reprise du dessin de Cubitus, tu le rejoint en tant que scénariste a partir du tome 7. Comment se passe cette collaboration ? As tu la "pression" de devoir poursuivre une série qui existe et est appréciée depuis des années ?

Drôles de Pin-Up avec Herval chez Grand angle

Non je n'ai pas eu de pression. D'ailleurs dans la vie je suis souvent stressé par des tas de trucs,mais rarement dans le boulot. Évidemment, je savais qu'il y avait 40 albums derrière moi mais comme l'éditeur m'a laissé complètement libre, j'ai pu partir dans plusieurs directions et au fur et à mesure il y des thèmes qui sont revenus. Et puis j'ai essayé d'apporter ma "patte" en créant Helmut le nain de jardin.Pour moi Cubitus c'est un peu comme Raoul et Fernand. Tant qu'on respecte les personnages,on peut tout faire. C'est un univers absurde, ouvert.

Visuel de Cubitus avec Rodrigue chez Le Lombard

Après bientôt quinze ans d'existence, Les Profs vont sortir sur grand écran dans une adaptation filmée. Quelles sont tes impressions de voir ta création prendre ainsi vie ?

 

C'est génial! c'est très émouvant, surtout qu'avec Pica nous avons été invités sur le tournage et que nous avons vu nos personnages prendre vie. Je trouve que le film est très réussi. Pef ( le réalisateur ) a fait une comédie burlesque,très   rythmée et les personnages sont attachants. C'est une adaptation donc il y a bien sûr des différences avec la BD ( les puristes vont râler) mais je trouve que l'esprit est le même que celui des albums. J'espère que ce film fera un carton.

 

Fort de son succès, le personnage de Boulard, la super star des cancres, est devenu le héros de sa propre série dessinée par Mauricet. Comment est né ce projet ?

 

Au départ je n'étais pas convaincu par l'idée de donner sa série à Boulard. Et puis je me suis rendu compte qu'il y avait plein de facettes de son caractère qu'on n'avait pas abordé dans les Profs.

Et je connais assez bien les ados, j'en ai eu deux à la maison. Cette série permet aussi d'enrichir le personnage de Boulard,de le voir hors de son lycée. Jusqu'ici,il n'existait qu'en opposition à ses profs.

Mauricet qui assiste Pica sur l'encrage des Profs a fait un très beau boulot.

 

Comment voit tu l'avenir des tes séries ? Quelles sont tes envies, tes projets ?

 

Des envies j'en ai plein, et les projets je n'en parle pas tant que ce sont des projets. Quand à l'avenir des séries,je ne suis pas voyant donc je ne le vois pas, hé hé.

Donc la suite au prochain épisode. Merci Jonathan!

à suivre...

Visuel de Boulard avec Mauricet à paraître chez Bamboo